REUNION DU GROUPE DE TRAVAIL DE FISH-i AFRICA

La pêche illégale connue sous le nom de PECHE INN (Pêche Illicite Non Déclarée et Non réglementée) prend de l’ampleur dans toutes les mers productives du globe. La partie Ouest de l’Océan Indien dans laquelle fait partie la Zone Economique Exclusive (ZEE) Malagasy n’a pas été épargnée. Les pêcheurs illégaux possèdent une potentialité d’intervention dépassant les moyens de surveillance et de contrôle des pays victimes.

 

Avec la création, la mise  en opération de « FISH-i Africa » groupant sept pays riverains de l’Océan Indien occidentale, à savoir, les COMORES, le KENYA, MADAGASCAR, l’île MAURICE, le MOZAMBIQUE, les SEYCHELLES et la TANZANIE, des résultats palpables ont été enregistrés depuis fin 2012,à savoir :

•Refus d’accès dans tous les ports des pays membres d’un senneur sud-coréen identifié comme navire de pêche INN (source réalisation de FISH-i) ;

•Découverte de licences frauduleuses de deux palangriers à la mi-2012, (source réalisation de FISH-i) ;

•Radiation de trois navires de pêche INN listés en septembre 2013, (source réalisation de FISH-i) ;

•Découverte de fausse identité de palangrier suite au partage de renseignement,   (source réalisation de FISH-i) ;

•Localisation de deux navires de pêches INN en fuite de leur détention en Afrique du sud en février 2014 et se dirigeant vers Mombassa au Kenya, (source réalisation de FISH-i).

La deuxième réunion du Groupe de Travail « TASK FORCE » de FISH-i Africa s’est tenu à l’Hôtel Carlton Madagascar du 25 au 27 novembre 2014. Cette réunion, sous le Haut Patronage de SEM le Ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche est axée sur la mesure des acquis, l’analyse de la situation actuelle dans chaque pays, sur les perfectionnements des techniques, procédures à adopter en vue d’une amélioration des résultats. Soulignons que les sept pays travaillent sur la base des échanges d’informations, des bases de données, de renseignements que chacun a en sa possession et se communiquent ainsi à la moindre apparition de bateau suspect. C’est une méthode qu’ils ont qualifié de « moins coûteuse, facile mais très efficace » dans l’identification, le suivi, la localisation et même l’interception de ces pêcheurs illégaux.

 

La prochaine rencontre se tiendra en Tanzanie en juillet 2015 et le Ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche de Madagascar a promis que son département s’engagera à fond dans cette voie et contribuera à cette noble lutte.

 

 

Plus d'actualités