Atelier sur la Stratégie Nationale en matière de Biosécurité Aquatique

Bien que le monde aquacole Malagasy n’a pas connu une sévère épizootie, hormis le cas de la maladie du point blanc « white spot » pour les crevettes apparue en avril 2012, force est de constater que du fait du développement incessant des différentes échanges entre pays (commerciales, visites, tourismes…) et des phénomènes naturels tels que la circulation des courants océaniques, le changement climatique…, nous ne sommes pas à l’abri des maladies transfrontalières des animaux aquatiques. Conscient des menaces et risques que peuvent encourir le secteur aquacole de notre pays, le Gouvernement Malagasy, à l’instar de ses homologues des pays de la SADC, pense qu’il est temps de se pencher sérieusement sur la biosécurité des animaux aquatiques.

    

Suite à l’Atelier du 20 juillet 2016, voir l’article sur l’ « Atelier national sur le développement et la mise en œuvre des plans de surveillance sanitaire des animaux aquatiques » dans ce site www.Peche.gov.mg, du 23/07/16, un Atelier de 2 jours, le lundi 20 février 2017 et mardi 21 février 2017   s ‘est tenu à l’Hôtel PANORAMA, Antananarivo, afin de discuter sur la Stratégie Nationale de biosécurité des Animaux Aquatiques.

Revêtu d’une importance capitale sur l’avenir du secteur aquacole Malagasy, surtout sur les impacts socio-économiques et écologiques, l’Atelier a vu la participation effective de plusieurs parties prenantes, à savoir : le Ministère des Ressources halieutiques et de la Pêche, le Ministère auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture te de l’Elevage, le Ministère de l’Environnement, de l’Ecologie et des forêts, les Centres Nationaux de Recherche et les Laboratoires d’analyse, les ONGs et Groupements œuvrant dans le domaine aquacole ainsi que les acteurs du secteur privé.

Dans son discours d’ouverture, Monsieur GILBERT François, Ministre des Ressources halieutiques et de la Pêche, après avoir salué les participants au nom du Gouvernement et excusé l’absence de ses homologues de l’Agriculture et de l’Elevage ainsi que celui de l’Environnement de l’Ecologie et des Forêts, a souligné l’importance nationale et régionale (Afrique de l’Est, Océan Indien occidental) de la tenue de cet Atelier. Il a relaté que les maladies des animaux aquatiques peuvent causer des pertes considérables pour une nation, c’est pourquoi, il est primordial, voire vital que chacun des 15 pays de la SADC (RDC Congo, Tanzanie, Angola, Zambie, Malawi, Namibie, Botswana, Mozambique, Maurice, Zimbabwe, Seychelles, Swaziland, Lesotho, Afrique du sud et Madagascar) doit impérativement élaborer leur Stratégie  Nationale sur la Biosécurité des Animaux Aquatiques, vu leur voisinage et leur incessante relation et échange biologique, matériels… qui sont des sources probantes de diverses contaminations. Il a ensuite souhaité les participants à atteindre pleinement les objectifs fixés pour cet Atelier.

L’Atelier avec les travaux de Groupes portant sur les analyses FFOM (Forces, Faiblesses, Opportunités, Menaces), les lacunes et l’élaboration de la liste Nationale des Agents pathogènes a permis de faire sortir plusieurs Programmes servant à élaborer un document de « Stratégie Nationale en matière de biosécurité aquatique ». Treize (13) Programmes furent ainsi identifiés et une planification des activités à venir est adoptée (voir  Restitution )

L’Atelier a été clôturé par Monsieur le Ministre des Ressources halieutiques et de la Pêche qui a tenu à  louer les efforts déployés par tous les participants pour aboutir à ces intéressantes résolutions.

ARR/SIE

Plus d'actualités