Lancement de la campagne de pêche thonière 2017 à Antsiranana

Qualifié de l’ «Or salé du nord » le thon, l’arrivage du thon ou le passage du thon ou le débarquement du thon, marque la vie économique et sociale des Antsirananais pendant une période déterminée de l’année. Il suffit que quelques thoniers arrivent au port de Diego Suarez pour que les thons inondent les marchés locaux et les foyers. Une manne financière pour les poissonniers et une solution aux problèmes d’alimentation pour les plus démunis. Des gens rencontrés au Port avancent même que le « Thon » peut être la solution de l’éradication du phénomène « Foroche » (délinquance et banditisme perpétrés par des bandes de mineurs dans la ville de Diégo).

   

La journée  du 23 mars 2017, une forte délégation du MRHP conduite par Monsieur GILBERT François, Ministre de tutelle a participé au lancement officiel de la campagne de pêche thonière 2017. La manifestation a duré 2 jours dont la première, le jeudi 23 mars fut consacrée à un Atelier organisé par l’USTA (Unité Statistique Thonière d’Antsiranana), un Etablissement Public National (EPN) du MRHP qui se consacre dans la gestion de la pêcherie thonière à Madagascar à l’hôtel de la Poste. Des séries de discours par les autorités locales furent prononcées. Le Représentant du Maire a souhaité le « bienvenu » aux convives et a remercié le MRHP d’avoir organisé cet Atelier à Antsiranana, Monsieur le Chef de Région Diana quant à lui, a vivement remercié le MRHP de cette manifestation à Diégo vu l’importance du « thon » dans la vie quotidienne de la population à partir du fin février jusqu’au mois de mai. Il a rappelé que le développement de la pêche thonière au niveau national, que ce soit en pêche artisanale et même en petite pêche répond au Plan National de Développement (PND) dans son 3ème Axe par le développement du secteur privé, la création d’emploi….

  

Monsieur GILBERT François dans son discours d’ouverture a retracé l’historique et la situation de la pêche thonière à Madagascar. Il a souligné que pour nous, les thons ne sont que des ressources passagères car ils sont des espèces migratrices appelées « stocks chevauchants ». Donc, il faut tirer le maximum de profit lors de leur passage dans nos eaux. Il a ensuite évoqué les manques à gagner pour nous concernant les navires qui passent à Madagascar par rapport aux flottes du Pacifiques qui en plus de l’importance des taxes à payer doivent accomplir leur carénage obligatoirement dans le port hôte c’est-à-dire le port de débarquement des produits. D’où la nécessité de réviser les différents protocoles de pêche aux thons et le développement de la flotte battant pavillon national car actuellement elle n’est composée que de 7 navires dont 5 pour la société Réfrigepêche et 2 pour la Société de Pêche de Sainte Marie.

  

Des expositions des acteurs de pêche thonière vernissées par Monsieur le Ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche assisté de son staff et des autorités locales ont eu lieu dans le Hall de l’hôtel de la Poste. Tous les opérateurs thoniers  ainsi que les organismes de protection environnementale ont essayé de mettre en exergue leur utilité dans le concept de pêche durable et responsable.

 

Plusieurs thèmes tournant autour de l’exploitation des thons à Madagascar ont été débattus durant cet Atelier et ceci a été illustré par des projections de films et de présentation de cas. De la vision et mission du MRHP, au stratégie de développement de la filière en passant par les statistiques de production, les retombés socio-économiques, et le contrôle et surveillance de la pêche thonière, rien n’a été épargné durant cet Atelier à savoir :

 –  Présentation de l’USTA et les objectifs de l’Atelier par le Dir. Ex. de l’USTA ;

– Mission et vision du MRHP avec Aspect général de la pêche à Madagascar (avec projection de film documentaire) par le Directeur de la Pêche du MRHP ;

– Aspect statistique de la pêche à Madagascar par le Chef du Service Statistique du MRHP ;

– Informations générales sur les thons et la pêche thonière (avec projection de film documentaire) et l’historique statistique de la pêche thonière à Madagascar par Mme Leslie et le Dir. Ex. de l’USTA;

         

– Impacts Socio-Economique de la pêche thonière industrielle à Madagascar par le Dir Ex. de l’OEPA ;

  

– Contrôle et Surveillance de la pêche thonière par le Dir Ex. du CSP ;

– Le Programme SWIOFish 2 et la Pêche Thonière par le Coordinateur du SWIOFish 2 ;

-L’exportation de thons à Madagascar par Dr LisyRAKOTONDRAMARY, PFOI ;

– La production artisanale de thon, cas de la Région de Boeny par le DRRHP Boeny.

La 2ème journée (vendredi 24 mars 2017) a été consacrée à 3 visites : Débarquement de thons au port, le traitement et conditionnement des thons à  l’usine PFOI et la construction, la réparation des embarcations au  SECREN.

  • Débarquement port : C’était un senneur de nationalité Espagnole et portant le nom de « TXORI TOKI » qui fut l’objet de visite de Monsieur GILBERT François, Ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche. Ce senneur présente les caractéristiques suivantes : longueur hors tout: 106,50m, largeur : 91,50m, tirant d’eau : 8,20m, Puissance : 7948,37CV, indicatif d’appel : S 7 L N, immatriculation : 9196682, port d’attache : Port Victoria (Seychelles).

A noter que ce senneur a pêché au nord des Seychelles et dans le Canal de Mozambique durant 22 jours et avait dans ses cales 1226 tonnes de thons albacore (Thunnus albacores), et patudo ou Thon obèse (Thunnus obesus), mais aussi des faux thons comme des bonites à ventre rayé ou Listao (Katsuwonus pelamis)et des thazards (Scomberomorus commerson) qu’il va débarquer dans le port de Diégo.

 

 

 

       

  • PFOI : Pêche et Froid de l’Océan Indien est une société de traitement et de conditionnement de thons créée en 1991. Actuellement, appartenant au Groupe TOG, une société française qui dispose d’une autre usine en Côte d’Ivoire, elle emploie 1600 salariés et produit 25000 tonnes de conserves de thons par an qui se présentent en 20 millions de boîtes de conserves, 4 millions de poches de filets et miettes sous vide, 400 000 longes congelées. Ses principaux clients sont les pays de l’Union Européenne et les Pays du Maghreb (Afrique du nord) mais à partir de cette année 2017, PFOI va conquérir le marché Japonais grâce à ses produits à base de Thon jaune ou Albacore de nom scientifique Thunnus albacores (Yellow fin Tuna).

 SECREN : Société d’Etude, de Construction, et de REparation Navales a hérité d’une longue et riche histoire avant d’adopter cette appellation en 1975. Un des pionniers de la construction et réparation navale dans tout l’Océan Indien, la SECREN se présente comme une escale technique de préférence par sa position stratégique dans l’Océan Indien. A part le lieu de carénage des bateaux Européens, régionaux et nationaux, la SECREN offre les spécialités dans la construction d’unités de longueur ne dépassant pas 65m et la réparation de navires pouvant aller jusqu’à 185m de longueur hors tout. La SECREN dispose ainsi d’une unité de travail du bois pour la menuiserie et l’ameublement, ainsi qu’une unité de chaudronnerie et de galvanisation et des infrastructures d’accueil des navires composées d’une cale sèche de 199 m de long, de structures d’accueil en poste à quai composées de 2 pontons de 50 et 75 m, d’un slipway de 60 m de long..

Le site s’étend sur 400 000 m² et s’organise en plus de 11 ateliers avec des spécialités certifiées pour la réparation et la construction navale. Plus de 600 personnes s’activent quotidiennement pour l’accueil et la satisfaction des nos clients.

La SECREN répare chaque année plusieurs dizaines de bateaux comprenant toutes catégories de navires : pêche, commerce, servitude, plaisance et militaires, majoritairement classés par les sociétés de classification membres de l’IACS (International Association of Classification Societies). Cette réparation occupe 60 à 100% du taux d’occupation de la SECREN surtout en campagne de pêche thonière de mars à juillet.

ARR/SIE

Plus d'actualités