Validation de 4 Plans d’Aménagements de Pêcherie dans la Baie d’Ambaro

Pour la première fois, le MRHP a validé ses 4 premiers Plans d’Aménagement des Pêcheries de base, c’est à dire au niveau des Fokontany, dans la Baie d’Ambaro, dans le District d’Ambilobe.

 En effet, stipulé dans la loi n°2015-053 du 16 décembre 2015 et portant code de la Pêche et de l’Aquaculture, dans son Livre premier, titre premier, chapitre 3, et dans son Titre 2, chapitre 2, le MRHP doit adopter des mesures en vue d’assurer la préservation, la gestion et l’utilisation durables des Ressources Halieutiques des eaux sous juridiction nationale, ainsi que la préservation des écosystèmes aquatiques. Il doit en outre, en collaboration avec les parties prenantes, prépare et maintient à jour des Plans d’Aménagement des Pêcheries et de la conservation des stocks.

Les premières réalisations en ce sens viennent d’être concrétisées dans les 4 Fokontany de la zone de la Baie d’Ambaro. Il s’agit du Plan d’Aménagement de Pêcheries ou PAP d’Ampasivelona, CR d’Ambodibonara (fig.1); du PAP d’Ankazomborona, CR de Beramanja (fig.2) ; du PAP d’Antenina, CR d’Antsohibondrona (fig.3) et du PAP d’Antsatrana, CR de Beramanja (fig.4). Désormais, l’accès aux ressources halieutiques, son exploitation et sa gestion, relèvent des communautés locales. Ces PAPs résultent de la concertation entre les 3 entités responsables qui sont le MRHP, les Communautés villageoises et les partenaires techniques à l’instar de la FAO.

pap-ampasivelona-sw pap-ankazomborona-sw antenina-sw

             Fig.1                                   Fig.2                               Fig.3

 pap-antsatrana-sw

Fig.4

 Après les séances de validation du 10 et 11 novembre 2016 de ces 4 PAPs par toutes les parties prenantes, Monsieur GILBERT François, Ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche a procédé avec les représentants des communautés concernées à la signature du document y afférent.

20161121_pap_pr1 20161121_pap_pr2

Monsieur le Ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche a insisté sur la nécessité de responsabiliser les associations villageoises et les communautés de base en tant que premier bénéficiaire des valeurs économiques, sociales et environnementales de leur zone d’exploitation. Il a ensuite souligné que la Baie d’Ambaro possède une potentialité halieutique, écologique (mangroves) considérable qui nécessite une gestion efficace et durable.

Pour avoir sa force probante, ces Plans d’aménagement seront renforcés, sous peu par des textes législatifs.

La rédaction souhaite une gestion durable bénéfique de leurs ressources halieutiques pour toute la population d’Ampasimahavelona, d’Ankazomborona, d’Antenina, et d’Antsatrana.

ARR/SIE